Emergency Call 118
Wednesday, April 19, 2017

AVC et carotide : le Dr Reuben Veerapen nous en dit plus


Première cause d’invalidité à long terme et troisième cause de décès dans le monde, l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC) est réversible s’il est pris en charge rapidement et correctement. Le Dr Reuben Veerapen, chirurgien thoracique et vasculaire nous parle des causes, symptômes et conséquences de l’AVC.

Qu’est-ce qu’un AVC ?

Il s’agit d’un accident vasculaire cérébral, c’est-à-dire un dysfonctionnement d’une artère au niveau du cerveau. Ce vaisseau peut saigner et entrainer une hémorragie et il s’agit alors d’un AVC hémorragique (20%) ou il peut se boucher et entrainer un AVC ischémique (80%).

Carotide et AVC

Pour parler d’AVC ischémique, il faut parler entre autre de la carotide. Il s’agit d’une artère  qui part du cœur et va jusqu’au cerveau. Etant le principal vaisseau à transporter le sang du cœur jusqu’au cerveau, son rôle est primordial. Dans cette artère des petites plaques de cholestérol peuvent se former. Lorsqu’une carotide commence à se boucher, le flux sanguin vers le cerveau diminue. Mais c’est lorsque les plaques de cholestérol s’émiettent et s’en prennent aux artères du cerveau que nous parlons d’AVC. Privées de sang, certaines parties du cerveau arrêtent de fonctionner et la personne fait un Accident Vasculaire Cérébral.

Signes et conséquences

Lorsqu’une personne fait une attaque cérébrale, elle a du mal à s’exprimer ou à se mouvoir ; elle ne trouve plus ses mots ou a du mal à bouger les bras et les pieds. Dans ce cas, il faut agir très rapidement ; la personne doit être prise en charge médicalement le plus rapidement possible. Si la prise en charge se fait dans les trois heures qui suivent l’AVC, le cerveau peut toujours être sauvé. Sinon, l’AVC peut s’avérer être désastreux voire mortel :

« Dans un tiers des cas, le patient va récupérer complètement, dans un tiers des cas, le patient garde des séquelles ; il peut être paralysé et se retrouver dans l’incapacité de marcher. Dans l’autre tiers des cas, l’AVC est beaucoup trop important et on se retrouve avec un décès. »

Opération

On opère la carotide dans deux cas de figure ; la carotide symptomatique et la carotide asymptomatique.  Lorsque le patient a déjà fait un AVC et qu’il se retrouve avec une plaque de cholestérol  à plus de 50 % qui montre des signes de fragmentation, nous parlons de carotide symptomatique. L’opération devient alors indispensable. Dans l’autre cas de figure, la plaque n’est pas encore fragmentée. L’opération se fait pour éviter l’AVC et le seuil pour opérer est à 60%.

Prévention

Dans plus de 95 % des cas, l’AVC n’est pas génétique ce qui veut dire qu’il peut être évité. Une alimentation saine, peu sucrée et grasse et une pratique sportive régulière contribuent au bien-être du système cardio-vasculaire. Aussi importante, la prise en charge des facteurs de risque comme l’hypertension artérielle, le diabète et les problèmes de cholestérol et le tabac.

http://www.objectifsante.mu/article/3195/avc-et-carotide-le-dr-reuben-veerapen-nous-en-dit-plus

 

 

To provide professional health services in a caring and friendly environment