Emergency Call 118
Sunday, March 12, 2017

Dr Reshad Rajabally (Gynécologue) : «L’endométriose peut avoir des conséquences sur la vie sexuelle»

L’endométriose est une maladie dont les causes sont inconnues. Mais elle peut mener à l’infertilité. Le lundi 13 mars c’est la Journée mondiale contre l’endométriose. Le point avec le Dr Reshad Rajabally, gynécologue chez Fortis Clinque Darné.

« Une endométriose sévère peut être cause de douleurs très gênantes, elle peut également mener à l’infertilité »

Certaines femmes se plaignent d’avoir des règles douloureuses et parfois abondantes, est-ce que ce sont les signes de l’endométriose ?
Des règles abondantes et douloureuses peuvent effectivement être retrouvées dans l’endométriose, mais ce n’est pas toujours le cas. On peut également avoir des douleurs pelviennes (bas ventre) ou lombaires (bas du dos) non liées aux règles, des douleurs au moment des rapports, des problèmes digestifs ou urinaires, un problème d’infertilité ou alors aucun symptôme !

Pouvez-vous nous donner une explication simple par rapport à cette maladie et nous expliquer quelles sont les causes possibles de l’endométriose ?
L’endométriose est une maladie complexe qui touche les femmes réglées. Cette maladie reste à ce jour une énigme, car on ne connaît pas ses causes. Celles-ci de même que les traitements continuent à faire l’objet de débats et de recherches.

Une des théories ou explications possibles les plus anciennes est celle du reflux du sang menstruel à travers les trompes ramenant le tissu de l’endomètre (« tapis » interne de l’utérus) à l’intérieur du ventre.

Sous l’influence hormonale, il y aurait une stimulation de cet endomètre en situation anormale, provoquant une réaction avec douleurs et saignements. Mais on n’a toujours pas d’explication pourquoi seulement certaines femmes développent l’endométriose et pas les autres.

Est-ce que cela veut dire qu’il n’est pas possible de prévenir cette maladie ?
En effet. Les causes précises de la maladie étant inconnues, il n'y a en ce moment aucun traitement préventif de l’endométriose.

Est-ce qu'elle peut survenir à n’importe quel moment dans la vie d’une femme réglée ?
L’endométriose peut se voir à n’importe quel âge. La fréquence serait plus élevée entre 20 et 30 ans, mais on peut en rencontrer chez les adolescentes ou chez les femmes plus âgées.

Est-elle fréquente ? En France le chiffre d’une femme sur dix est avancé. Qu’en est-il à Maurice ?
Je n’ai pas de chiffre précis sur la prévalence à Maurice, mais comme de plus en plus de femmes (et de médecins) prennent conscience de l’existence de ce problème, on arrive peut-être plus rapidement au diagnostic maintenant. On voit donc très régulièrement des cas d’endométriose.

Peut-on parler de facteurs de risque ? Est-ce que certaines femmes seraient plus susceptibles d’avoir cette maladie que d’autres ou est-ce que c’est une maladie héréditaire ?
Le seul facteur de risque qui semble plus ou moins indiscutable est le terrain familial ou génétique. Nous avons beaucoup moins de certitude par rapport à d’autres facteurs.

Avoir des règles irrégulières ou souffrir de vaginite peuvent-ils être considérés comme des facteurs de risque ?
Non, ces symptômes ou problèmes, pris de façon isolés, ne peuvent être considérés comme facteurs de risque. L’irrégularité des cycles peut être due à des causes hormonales ou d'autres causes n’ayant aucun lien avec l’endométriose. L’infection vaginale n’a aucune relation avec l’endométriose.

Quels sont les traitements possibles pour soulager la femme ?
Le traitement va dépendre de l’intensité des douleurs, la répercussion sur le cycle, le désir de grossesse, la présence de kystes d’endométriose. On peut donc proposer un traitement antalgique simple (contre la douleur), des traitements hormonaux y compris la pilule contraceptive, des injections mensuels et dans certains cas la chirurgie.

Quelles peuvent être les conséquences de l’endométriose et complications associées à cette maladie ?
Une endométriose sévère peut être cause de douleurs très gênantes, elle peut également mener à l'infertilité ou être liées à d’autres complications digestives ou urinaires, par exemple.

Est-ce que cette maladie peut avoir des conséquences sur la vie sexuelle ?
Oui, effectivement. Les douleurs chroniques et les douleurs au moment des rapports peuvent évidemment avoir des conséquences sur la vie sexuelle.

Faut-il consulter un médecin à chaque règle douloureuse ou simplement prendre des calmants pour se soulager ?
Les règles douloureuses sont malheureusement très fréquentes surtout chez les jeunes femmes. Il faut donc éviter de dramatiser ou de tomber dans l’excès. Je crois qu’une réponse simple serait de consulter un médecin si vous constatez une aggravation progressive des douleurs, si les calmants que vous avez l’habitude de prendre ne soulagent plus ou soulagent nettement moins.


To provide professional health services in a caring and friendly environment