Emergency Call 118
Monday, July 31, 2017

Dr Ruggoo : « Le diabète est parfois inévitable mais toujours contrôlable »


Lors de cette causerie sur le diabète à la Fortis Clinique Darné ce lundi 24 juillet 2017, le Dr Vandana Ruggoo, médecin généraliste a été rassurante mais ferme. Le diabète n’est pas forcément une fatalité; le diabétique peut mener une vie quasi normale mais seulement s’il est vigilant et responsable. Explications.

Qu’est que le diabète ? Un rappel


Le diabète, une maladie chronique caractérisée par un mauvais fonctionnement du pancréas. Lorsque le pancréas fonctionne mal, il ne produit pas suffisamment d’insuline; l’hormone qui permet au glucose de pénétrer les cellules du corps. Résultat? Ce glucose, au lieu de servir de carburant aux cellules, s’accumule dans le sang. Nous parlons alors d’hyperglycémie.


Il y a trois types de diabète. Le diabète de type 1, de type 2 et le diabète de grossesse.


Les facteurs de risque

  • L’hérédité
  • L’obésité
  • Le manque d’exercice physique, la sédentarité
  • L’alcool et le tabac
  • Les troubles hormonaux (comme le syndrome des ovaires polykystiques)
  • Le diabète de grossesse (ou diabète gestationnel) ; une femme qui souffre de diabète pendant sa grossesse a plus de risques de devenir diabétique plus tard.


Quelques symptômes

  • Une soif inexpliquée
  • Une perte de poids inexpliquée
  • Des infections urinaires
  • Des douleurs aux pieds
  • Des blessures qui tardent à cicatriser


Après le diagnostic, le suivi


Vous avez appris que vous êtes diabétique? Inutile de paniquer; le plus important, c’est d’avoir le traitement, le mode de vie et le suivi adapté. Et lorsque nous parlons de suivi, nous parlons aussi du suivi que vous faites chez vous, pour surveiller le taux de glycémie. C’est ce que le Dr Ruggoo appelle le self-monitoring; cela vous permet de voir si le traitement marche et s’il faut apporter plus de changements à votre alimentation et votre programme d’exercices. Ce test régulier vous permettra aussi de savoir si vous souffrez d’hypoglycémie. Si le taux de glucose dans le sang est en une baisse exagérée, il s’agit d’une urgence médicale ; les conséquences peuvent s’avérer graves.


Il est donc important de tester le taux de glycémie souvent. Mais à quelle fréquence ?


A quelle fréquence utiliser le glucomètre ?


Une première fois à jeun


C’est le pont de départ. Cela vous permet aussi de savoir comment a évolué le taux de glucose durant la nuit.


Le taux de glycémie à jeun doit être :


Entre 3.9 et 5.5 mmol /L chez le non-diabétique
Entre 4.4 et 7.0 mmol /L chez le diabétique
Une deuxième fois avant le repas


Pour voir comment a évolué le taux de glucose avant et après les repas. Doit être fait surtout par des personnes chez qui le diabète n’est pas contrôlé.


Une troisième fois après le repas


Le taux de glycémie deux heures après le repas doit être :

< 7.8 mmol/L chez le non-diabétique
< 10 mmol /L chez le diabétique
Chaque 3 mois, il est aussi indispensable de faire un test de HBA1C afin de suivre l’évolution de la maladie et de savoir si le diabète est contrôlé.


Les complications à surveiller


Si vous êtes diabétique, les complications surviendront. Mais ces complications peuvent être retardées et certaines d’entre elles évitées si vous êtes attentif. Les complications les plus communes sont les suivantes :


Les troubles oculaires


Le glaucome : ce que les Mauriciens appellent ‘tensyon lizie’. 40% des diabétiques souffrent de glaucome. C’est une maladie dégénérative du nerf optique qui, à la longue, peut rendre aveugle.

La cataracte : elle affecte 60 % des diabétiques.

La rétinopathie : l’excès de sucre dans le sang fragilise les petits vaisseaux dans l’œil qui se cassent. Les autres vaisseaux qui se forment sont encore plus fragile; ils saignent et cela peut entrainer une perte définitive de la vision.
Il est recommandé de faire un examen des yeux une fois par an et de contrôler son diabète et sa pression artérielle. L’examen vous permettra de détecter à temps le début des complications et d’y remédier avant qu’il ne soit trop tard.


Les problèmes au niveau des pieds


Le diabétique a deux problèmes; il souffre d’une perte de sensibilité. Il ne sent pas lorsqu’il est blessé et cette blessure tarde à cicatriser. Une simple blessure ou infection peut affecter les tendons, muscles et même atteindre l’os.


Pour éviter cela, le diabétique doit prendre soin de ses pieds; faire un auto-examen des pieds chaque jour, éviter de marcher pieds nus, éviter le tabac et l’alcool…


Les troubles rénaux


Ils sont graves car ils sont souvent asymptomatiques. Lorsque les symptômes apparaissent, il est généralement trop tard. Il est donc important de faire un test de l’urée et de la créatinine chaque 6 mois si une personne est diabétique depuis longtemps.


Les problèmes cardiovasculaires comme l’infarctus et l’AVC


Chez le diabétique, le risque de faire un AVC augmente par 1.5%. Ce risque devient plus élevé si vous avez plus de 55 ans, avez déjà fait un AVC, êtes en surpoids, avez un taux de cholestérol élevé et si des membres de votre familles ont déjà fait un AVC.


Les troubles sexuels


Le diabète entraine une baisse de libido et affecte les nerfs des organes sexuels. C’est un sujet tabou mais il faut en parler. Parlez-en à votre médecin, à un psychothérapeute et à votre partenaire.


Les troubles gastriques


Et parce que le diabète n’épargne pas les nerfs de l’intestin, il peut causer la gastroparésie ou le ‘syndrome de l’estomac paresseux’. En termes simples, c’est lorsque l’estomac prend beaucoup de temps pour se vider. Si vous souffrez de gastroparésie pensez à prendre 6 petits repas équilibrés au lieu de 3 grands repas par jour.


Une vie saine pour mieux vivre avec le diabète


Pour éviter toutes ces complications, une seule solution: contrôler sa glycémie et mener une vie saine. Le Dr Ruggoo est catégorique; il ne suffit pas de prendre des médicaments :


« Il faut avoir une alimentation équilibrée. Le diabétique doit éviter la farine blanche, il doit modérer sa consommation de sucre, faire de l’exercice, surveiller son poids… Il faut savoir maitriser son diabète; c’est tout un art. Si le diabète est présent dans la famille, il y a de fortes chances que vous soyez vous aussi diabétique plus tard. Et qui dit diabète, dit complications. Mais il ne faut pas se décourager. C’est à vous de mener une vie saine, de prendre votre santé en main et d’être prévoyant. »

To provide professional health services in a caring and friendly environment