Emergency Call 118
Wednesday, October 4, 2017

« Pour une bonne santé cardiovasculaire, dites adieu aux sucres et aliments artificiels »


Dans le cadre de la journée mondiale du cœur, la Fortis Clinique Darné a organisé une causerie animée par le Dr Aniff Yearoo, cardiologue interventionnel. En mettant l’emphase sur la nutrition, ce dernier a évoqué les bonnes habitudes à adopter pour un cœur sain. Nous partageons avec vous quelques extraits de cette causerie fort intéressante.

Non à l’aspartame et aux sucres artificiels


« Je prenais un café et j’ai trouvé ça », affirme-t-il en tenant un sachet de sucre artificiel. « C’est de l’aspartame qui vous donne une fausse sensation ‘sucrée’. Mais les études l’ont prouvé, les effets de l’aspartame sont semblables si pas pires que ceux du sucre normal. Le sucre artificiel stimule le pancréas et peut même causer un dérèglement hormonal qui, à son tour, peut mener à l’obésité. »


Voilà, le ton est donné. Durant la causerie, le cardiologue démystifiera certaines idées reçues sur la nutrition. L’alimentation, affirme-t-il, a un impact direct sur la santé cardiovasculaire. Et pour un cœur sain, il convient de faire attention à ce que nous mettons dans notre corps. Plus elle est naturelle, meilleure est la nourriture.


Quel sucre alors ?


Le docteur ne nous demande pas de bannir le sucre de notre alimentation ; les cellules en ont besoin pour fonctionner. Il faut en consommer mais avec modération. Et puis, il faut savoir quel sucre. Un excès de fructose (présent dans les fruits, le miel et les extraits d’amidon de maïs) et de sucre inverti (commercialisé sous le nom de Trimoline est présent dans les glaces, pâtisseries…) peut contribuer à l’apparition de troubles cardiovasculaires. Un excès de saccharose (extrait de betterave, de canne) et de glucose encourage une résistance à l’insuline et entraine une prise de poids.


Comme mentionné plus haut, le sucre artificiel fait plus de mal que de bien. Autant consommer le sucre ‘normal’. Mais l’idéal, selon le docteur, serait de consommer la canne à sucre telle quelle :


« Pourquoi nous compliquons-nous la vie ? La nature nous a donné de la canne à sucre pour que nous la consommons telle quelle. La canne à sucre contient le sucre et les fibres, indispensables pour une absorption correcte des glucides. Idem pour les fruits. Lorsque vous mangez une pomme, les fibres présents dans la pomme ralentissent l’absorption de sucre. Mais si vous faites un jus de fruits, vous n’avez plus de fibres. Le sucre devient un sucre libre ; il stimule le pancréas et cela peut donner lieu au diabète, à l’obésité… Des pathologies qui, à leur tour, encouragent l’apparition de troubles cardiovasculaires. »


Les sucres libres sont aussi présents dans les boissons gazeuses, sirops…


Qu’en est-il des graisses ?


Le plus ou moins même principe peut être appliqué en ce qui concerne les graisses. Plus une huile végétale est pure, plus bénéfique elle est. Les huiles végétales polyinsaturées sont bonnes pour le cœur, les graisses saturées doivent être consommées avec modération et les acides gras trans sont néfastes :


« Que ça soit bien claire ; les graisses sont indispensables au bon fonctionnement du corps et du cerveau. Et les graisses végétales aussi bien qu’animales ont leur rôle à jouer dans l’organisme. Mais certaines graisses sont meilleures tandis que d’autres doivent être consommées avec plus de modération. »


Les acides gras insaturés sont riches en oméga 3, 6 et 9 et protègent le cœur tout en baissant le taux de mauvais cholestérol. Ils sont présents dans des huiles végétales comme l’huile d’olive, de colza, dans des fruits comme les avocats et dans certains poissons. Les acides gras saturés proviennent du règne animal ; produits laitiers, beurre, viande mais aussi l’huile de coco, de palme… Ils ont leur rôle à jouer dans l’organisme mais consommés en excès, ils encouragent l’apparition de troubles cardiovasculaires. Puis, il y a ce que nous appelons des acides gras trans ou des huiles hydrogénées. Il s’agit d’huiles végétales qui ont été modifiées afin qu’elles soient plus facilement utilisées et conservées. Ces huiles transformées artificiellement et peuvent être très nocives pour la santé :


« Vous pouvez en consommer, mais ils ne doivent pas constituer plus de 10 % de votre alimentation. Et puis, il faut faire attention. Oui certains produits comme les margarines sont faits à base d’huiles végétales mais si ces huiles végétales ont été artificiellement transformées, elles vous font plus de mal que de bien. »


Pas plus de 500 grammes de viande par semaine !


« Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) recommande de consommer 500 grammes de viande par semaine. Certaines personnes en consomment plus dans une seule journée ! Et quand nous parlons de viande, il ne faut pas oublier les charcuteries. Les charcuteries contiennent 40% de graisses saturées. En ce qui concerne les œufs, ils sont bons lorsqu’ils proviennent de poules qui ont eu une alimentation naturelle. Je vous l’ai dit ; pour une bonne santé cardiovasculaire et une bonne santé en général, il nous faut un retour à la nature. »


Que manger finalement ?


Finalement, comment manger ? Si vous souhaitez changer vos habitudes alimentaires mais ne savez pas par où commencer, le Dr Yearoo propose de s’inspirer du régime méditerranéen :


« C’est un régime qui a fait ses preuves. Il réduit les risques cardiovasculaires, protège contre les cancers, ralentit le vieillissement… C’est un régime qui privilégie les produits frais, naturels et il répond à tous nos besoins nutritifs. »


Lorsque vous faites ce régime, vous consommez très peu de viande rouge, vous consommez peu d’aliments sucrés, de poulet et d’œufs mais beaucoup de produits céréaliers complets, de fruits, de légumes, de poissons et d’huile d’olive.


Il est d’ailleurs recommandé de manger 5 portions de fruits et de légumes par jour (une portion = 150 grammes).


Inculquer une vie saine aux enfants avant qu’il ne soit trop tard


« De nos jours tout le monde est occupé mais il faut prendre le temps de faire une randonnée, une sortie en plein air… Se déstresser et se ressourcer. L’exercice est primordial ; il faut faire au moins 30 minutes d’exercice par jour. Prenez soin de votre corps et de votre cœur. Et dès un jeune âge, encouragez à votre enfant à faire de même. Ne chercher pas la facilité. Ne lui donnez pas des « fast foods» ou des frites pour qu’il arrête de pleurer. Donnez-lui un fruit. Il refusera une ou deux fois mais finira par s’habituer. Et il vous remerciera plus tard. »

To provide professional health services in a caring and friendly environment