Emergency Call 118
Monday, November 13, 2017

Syndrome des ovaires polykystiques : une maladie des personnes obèses ?


Le syndrome des ovaires polykystiques : une maladie peu connue et à ne pas prendre à la légère.. Mais de quoi s’agit-il vraiment ? Eléments de réponse avec le Dr Noor Abbasakoor, endocrinologue et consultant en médecine interne à la Fortis Clinique Darné.

Docteur, c’est quoi syndrome des ovaires polykystiques ?

Le syndrome des ovaires polykystiques se caractérise par un débalancement hormonal et un fonctionnement irrégulier des ovaires. Il touche n’importe quelle femme en âge de procréer. Jusqu’à maintenant, les chercheurs et médecins ne connaissent pas la cause exacte du trouble mais nous pensons qu’il est principalement lié à une résistance à l’insuline, à l’obésité et à un excès d’androgènes.

Quand apparaissent les symptômes?

Normalement, ils apparaissent lors des toutes premières règles menstruelles, à l’adolescence. Mais le trouble et ses symptômes peuvent survenir après si les facteurs de risques apparaissent plus tard. Par exemple, si une femme devient obèse à la trentaine et développe une résistance à l’insuline, c’est là que va apparaitre le problème.

Quels sont ces symptômes ?

Les symptômes peuvent être assez subtils :

  • L’infertilité
  • Les règles irrégulières ou l’absence de règles
  • L’hirsutisme (excès de pilosité faciale)
  • La perte de cheveux
  • La dépression
  • La fatigue


Qu’en est-il des causes ?

Comme je vous l’ai dit, il est difficile d’établir une cause exacte. Mais nous pensons que le syndrome est causé par l’excès d’insuline, d’androgènes. Une combinaison de différents débalancements hormonaux contribue à l’apparition du syndrome des ovaires polykystiques. Comme mentionné plus tôt, l’obésité y contribue grandement aussi.

Finalement, nous pouvons dire que le syndrome des ovaires polykystiques et l’obésité sont étroitement liés ?
Evidemment, cette pathologie est plus courante chez les femmes obèses ou en surpoids. D’ailleurs l’obésité contribue à la résistance à l’insuline.

Est-ce facile d’établir un diagnostic ? Comment établissez-vous le diagnostic ?

Pour établir le diagnostic, l’endocrinologue prend en considération certains critères. Dans un premier temps, il y a les règles irrégulières, la perte de cheveux et les autres symptômes mentionnés précédemment. Nous réalisons aussi des ultrasons afin de repérer des follicules excessifs et des tests afin de vérifier les taux d’androgènes et la présence de la résistance a l’insuline. Nous faisons par exemple un test pour vérifier le taux de l’hormone lutéinisante (LH) et aussi l’hormone folliculo-stimulante (FSH). Puis, nous évaluons aussi les facteurs de risque ; la femme est-elle en surpoids ? Pré-diabétique ? Ce sont tous les facteurs que nous évaluons avant de poser le diagnostic.

En quoi consiste le traitement du syndrome des ovaires polykystiques ?

Cela dépend. Nous commençons par demander à la patiente de changer son mode de vie et alimentation afin de perdre du poids. Pour rétablir l’équilibre hormonal, nous pouvons prescrire des pilules contraceptives ou des médicaments comme la Metformine ou même Clomifène. Si ces méthodes ne marchent pas, nous proposons une chirurgie. La chirurgie reste le dernier recours.

L’hygiène de vie peut-elle contribuer à rétablir l'équilibre des hormones ?

Evidement ! Une vie saine encourage un système endocrinien sain. Il est conseillé de limiter le stress, de manger sainement, de limiter son poids et de faire du sport.

To provide professional health services in a caring and friendly environment